[Edito] FoodTech, le numérique à toutes les sauces ?

Décembre et ses premières vagues de froid sont bel et bien là. Période idéale, s’il en est, pour approfondir la thématique « alimentation et numérique ». A quelques jours du réveillon, rassurez-vous, nous ne parlerons pas de bûche ou de de dinde connectées. Profitons-en plutôt pour découvrir les enjeux et les perspectives de la FoodTech. Derrière ce concept se cache en effet, un véritable écosystème d’entrepreneurs, d’experts, de créateurs, d’investisseurs. Leurs points communs ? Être liés pour la plupart à la FrenchTech de Dijon et de la Région Bourgogne-Franche-Comté. On compte déjà en effet pas moins de 300 acteurs économiques.

Sur le site de ces jeunes pousses fins gourmets, on peut ainsi lire que « la FoodTech Dijon Bourgogne-Franche-Comté est en sommes au croisement de la filière numérique et des filières agricole, agroalimentaire, de la distribution alimentaire, et des biens de consommations, soit l’alimentation au sens large, pour lequel nous consacrons plus de 40 % de notre temps actif ». Et de poursuivre, « notre manière d’appréhender l’alimentation est en profond changement porté par de nouvelles logiques d’innovation et dynamiques entrepreneuriales ». Et bien soit, tentons l’expérience.

Il est d’ailleurs intéressant de constater que ces dernières années, l’industrie alimentaire n’a pas été avare en innovation. Pourquoi un tel dynamisme ? Tout simplement parce que les domaines de recherche de la FoodTech sont aussi en partie des grandes problématiques de sociétés et des enjeux cruciaux à résoudre à court et moyens termes. Comment nourrir 9 milliards de personnes d’ici 30 ans ? Comment développer des produits plus qualitatifs et bons pour la santé ? Comment soutenir la compétitivité tout en préservant les ressources de la planète ? Limiter le gaspillage alimentaire et accompagner la transition écologique ? Voilà autant d’enjeux qui valent le coup de s’y pencher.

Au programme de ces prochains jours, nous découvrirons des startups qui proposent d’améliorer la gestion de nos ressources alimentaires. Il sera aussi question de santé, de Food science et d’impression 3D alimentaire. Autres exemples, nous découvrirons également la plateforme de crowdfunding Miimosa et les réponses possibles à la problématique connexe de la livraison.

Bref, vous l’aurez compris, les sujets ne manqueront pas de saveurs…