[Retour sur] Le Webinaire de l’Anem : Quel plan d’entretien pour le réseau cuivre ? (dossier 1/3)

Au troisième trimestre 2021, les réseaux en fibre optique couvraient 67% des locaux, et environ 60% des locaux bénéficiaient de la présence des quatre opérateurs commerciaux. La réussite de ce chantier titanesque fait aujourd’hui de la France le pays le plus fibré d’Europe. Mais alors que le plan France THD se poursuit avec une fin ciblée d’ici 2025, un autre chantier se prépare ; celui de la fin du réseau cuivre. Pourquoi est-ce nécessaire ? Comment cela va-t-il se passer ? Quel est le calendrier prévu ? Autant de questions auxquels Orange a répondu le 22 février dernier lors d’un webinaire organisé par l’Association Nationale des Élus de Montagne. Retour sur les principaux enseignements tirés de ce temps d’échanges entre l’opérateur et les élus montagnards.

Pourquoi mettre fin à ce réseau historique ?

Le réseau téléphonique cuivre a fêté en 2020 ses cinquante ans. Mais malgré de bons et loyaux services, il doit être retiré à moyens termes. En effet, conséquence logique du plan France THD, le nombre d’abonnés fibre a dépassé l’an dernier celui du réseau historique. Or, loin d’être anecdotique, l’entretien du réseau cuivre représente chaque année environ 500 millions d’euros à cause du vieillissement mais aussi des accidents climatiques et des vols à répétition. Et si ce montant est globalement stable ces dernières années, le coût de maintenance, rapporté à la ligne, augmente chaque année à mesure que le nombre de lignes diminue. A moyen terme, c’est donc la question du modèle économique qui se pose. C’est dans ce contexte qu’Orange a transmis par courrier du 31 janvier 2022 à l’Arcep un projet de plan de fermeture de son réseau de boucle locale cuivre, qui marque une nouvelle étape de la transition du cuivre vers la fibre.

« Garantir la qualité du réseau cuivre en même temps que le déploiement de la fibre »

Preuve de l’importance de ce sujet, les élus étaient nombreux, ce mardi 22 février, à participer au webinaire intitulé ; « Quel plan d’entretien pour le réseau cuivre ? ». En introduction de cet échange, la Secrétaire générale de L’ANEM Pascale Boyer, a rappelé le « réel plaisir de travailler avec Orange » et la volonté conjointe de « faire avancer le réseau dans les territoires de montagne ». Pour la Députée des Hautes Alpes, le sujet de l’avenir du réseau cuivre est de fait un « sujet important pour les territoires de montagne non encore fibré. C’est pourquoi, le Plan de fermeture du réseau cuivre présenté par Orange était très attendu ». Pour l’association, il est indispensable de garantir qualité du réseau cuivre en même temps que le déploiement de la fibre.

11,5 milliards d’euros investis dans les réseaux

La 1ère partie de ce webinaire a permis de dresser tout d’abord un état des lieux au niveau national mais aussi plus spécifiquement sur les territoires de montagne. Le Secrétaire Général d’Orange, Nicolas Guérin a pu rappeler quelques chiffres et tendances. Ainsi, à date, la France compte 29 millions de logements éligibles, ce qui en fait de loin le pays européen le plus fibré. Sur ce chiffre, les 2/3 des prises ont d’ailleurs été déployées par Orange. Côté finances, les réseaux représentent chaque année 11,5 milliards d’investissement (dont 8,3 sur réseau fibre). Autres chiffres significatifs ; sur les 6000 communes de l’ANEM, 56% sont en zone RIP . Orange assure le déploiement de 1,4 millions de prises dont 20% sur fond propre.

Un plan pour garantir la qualité jusqu’à la fin du réseau cuivre

En complément de ces investissements massifs dans les nouveaux réseaux en fibre optique pour atteindre les objectifs fixés par le plan France THD, l’opérateur a annoncé en mai dernier, un plan d’actions complet et ambitieux qui vise à améliorer la qualité de service des offres de téléphonie fixe et plus globalement de l’ensemble du réseau cuivre. Cet engagement va permettre de basculer progressivement vers le nouveau réseau fibre tout en garantissant aux clients cuivre la poursuite du service. Mais, comme l’a souligné le Secrétaire Général d’Orange Nicolas Guérin lors de ce webinaire ; « le maintien de deux réseaux filaires avec une qualité de service adéquat est un défi que nous devrons relever collectivement ».

22 plans de renforcement locaux

Ce plan de renforcement de la qualité du réseau cuivre s’est par exemple concrétisé,par la mise en place de réunions de comités de concertation locaux dans 40 départements mais aussi par 22 plans de renforcement locaux dont 10 dans des départements « de montagne ». Ceux-ci ont été dotés d’un budget de 10 Millions d’euros, consommé dans son intégralité. Cette somme a permis notamment ; « le remplacement de poteaux bois par des équipements en composite plus résistants aux intempéries ; ou le traitement de désordres visuels comme des câbles décrochés ou des capots ouverts ». Bien sûr, en complément de ces plans de renforcement locaux, Orange a déroulé partout sur le territoire son programme annuel de maintenance.

270 binômes d’intervention d’urgence supplémentaires

Autre axe d’action permettant de garantir la qualité du cuivre, Orange a recruté un nombre important de techniciens. 270 binômes d’intervention d’urgence supplémentaires sont ainsi aujourd’hui concrètement sur le terrain. Par ailleurs, le recours à l’intelligence artificiel a permis d’éviter 230 000 signalisations sur le réseau et 2,2 millions de poteaux ont été expertisés dans le cadre des actions de maintenance, soit environ 16% du parc.

 

Pour accéder à la suite de ce dossier Cuivre, cliquez ici

 

 

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles