2018, année record de levées de fonds pour les start-up tricolores

2018 a-t-elle été une bonne année pour les jeunes pousses tricolores ? À quelques jours de l’inauguration du CES de Las Vegas, où nombre d’entre elles tenteront de tirer leur épingle du jeu, le bilan est très positif. Explications.

Une « grosse année » ?

Ceux qui suivent Nicolas Dufourcq, sur Twitter avaient déjà eu, fin décembre des premières tendances très positives. En effet, le directeur général de Bpi France, avait annoncé « une grosse année de levées de fonds par les startup françaises » avec « plus 68% » de levées de fonds.

Jeudi dernier, le site spécialisé Maddyness a précisé ce chiffre record : en 2018, près de 3,2 milliards d’euros ont été levés par les start-up françaises, battant au passage le précèdent la barre des 2,3 milliards établi il y a deux ans, soit +40%.

Plus de grosses opérations, moins de petites

A noter cependant que le nombre de jeunes pousses a en avoir profité à quant à lui diminué légèrement, passant de 689 opérations en 2017 à 657, l’an dernier. Mathématiquement, le montant  moyen levé passe donc de 3,3 à 4,8 millions d’euros.

À regarder de près également, le nombre d’opérations égales ou supérieures à 30 millions d’euros. Ce dernier a presque doublé. En effet, on en comptabilise 22 contre 12 en 2017. Parallèlement, les « très petites levées », inférieures à 1 millions d’euros, ont baissé. Elles représentaient un tiers des opérations il y a deux ans, versus 24% aujourd’hui.

Qui en a profité le plus ?

Parmi les grands gagnants, on trouve l’emblématique éditeur de jeux vidéo pour mobile Voodoo, avec 171 millions d’euros, Deezer avec 160 millions d’euros et l’application Blablacar avec 101 millions d’euros. Au pied  du podium, Evaneos, le site de voyage sur mesure a levé 70 millions d’euros et Ledger, spécialiste des crypto-monnaies avec 61 millions d’euros.

 

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
auteur

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également élu local, adjoint au Maire de St Lô adjoint en charge de la stratégie et du marketing territorial.

Voir tous ses articles