13 start-up néo-aquitaines sélectionnées pour un CES 2021 en format virtuel

Si d’ordinaire tous les acteurs de la tech ou presque se retrouvent à Las Vegas début janvier pour participer au Consumer Electronic Show (CES), évènement emblématique de l’innovation depuis plus de 60 ans, l’édition 2021 se réinvente en cette période de pandémie. Comme d’autres temps forts avant lui, c’est une édition 100% digitale qui se déroulera du 11 au 14 janvier prochain. Cela n’enlève rien à la sélection. En Nouvelle-Aquitaine, 13 start-up ont ainsi été choisies. Plus de détails dans cet article…

Les français au rendez-vous ?

Les délégations françaises nous avaient habitués, ces dernières années, à venir en nombre au CES de Las Vegas et à le montrer. En 2019 par exemple,  les jeunes pousses tricolores représentaient 26% des start-up présentes, tout juste devant les Etats-Unis. Cette présence importante répondait à un objectif : faire de ce moment une vitrine pour l’Hexagone, en changeant positivement l’image de la France. 2021 sera aura de fait une saveur bien différente puisque les organisateurs ont choisi de maintenir cet évènement mais sous un format digital

Toucher une nouvelle audience

Pour Gary Shapiro, Président de l’association organisatrice, l’objectif malgré cette période de crise sanitaire mondial est « d’offrir grâce à une plateforme entièrement numérique pour 2021une expérience unique qui aidera nos exposants à entrer en contact avec une nouvelle audience ». Cette sagesse semble de mise lorsque l’on sait que l’an dernier par exemple le CES avait rassemblé en tout et pour tout 180 000 visiteurs et 6000 journalistes, venant du monde entier…

La Nouvelle Aquitaine au rendez-vous

C’est dans ce contexte que la Région Nouvelle Aquitaine et ses partenaires ont décidé de maintenir leur participation afin de continue le soutien au secteur. Sous la bannière French Tech, les 13 start-up néo-aquitaines bénéficieront  ainsi d’un accompagnement sur-mesure, en amont, pendant et après l’événement.

3DiTex ou la chasse au gaspillage

Parmi celles-ci, on trouve 3DiTex. Cette jeune entreprise fait de plus en plus parler d’elle grâce à ses solutions permettant de concevoir des textiles techniques 3D directement à la forme de la pièce. Un des atouts très appréciés est donc la chasse au gaspillage puisqu’elles permettent d’économiser ainsi matière, énergie et main d’œuvre.

Dipongo stimule la créativité des enfants

Dans un tout autre domaine, Dipongo propose  aux enfants de 4 à 9 ans, la première application créative d’histoires personnalisées qui mêlent le monde réel et le monde virtuel. Concrètement, c’est à l’enfant de dessiner, modeler, construire… pour que son histoire continue sur l’écran !

Mathia veut faire aimer les maths

Autre exemple d’outils pédagogiques, VMPS CORPORATION propose des solutions d’apprentissage associant l’intelligence humaine et artificielle. Avec Mathia, leur mission est « de permettre à tous les enfants d’aimer et d’apprécier les mathématiques, qu’ils trouvent souvent trop abstraites et conceptuelles ». Mathia est la combinaison unique d’un assistant vocal personnalisé et d’un outil de représentation 3D en hologrammes.

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles