Comment l’insee utilise désormais les data pour calculer l’inflation

La révolution des data intéresse de près aussi l’Insee. En effet, si l’institut de statistique mobilisait environ 200 enquêteurs pour calculer l’inflation en relevant chaque mois 30 000 prix en magasin, cette méthode est aujourd’hui de l’histoire ancienne…

Fini les relevés archaïques

Lors de la publication par l’Insee, le 20 février dernier des résultats de l’inflation du mois de janvier, l’institut a dévoilé une nouvelle méthode de relevé basée pour la première fois grâce à la collecte des données de caisses des supermarchés. C’est dans les faits une des conséquences permises par la Loi pour République Numérique, votée en 2016. Cette dernière autorise concrètement à collecter des données privées pour construire des statistiques publiques.

D’un panier géant

Au final, plus de précision et surtout un panel de produits presque sans limite. En effet, pas moins de 80 millions de produits alimentaires, industriels, d’entretien, d’hygiène et de beauté peuvent être potentiellement suivis chaque jour par l’Insee.

Pas d’espionnage des consommateurs

Mais que les consommateurs se rassurent. Comme le précise Marie Leclair, cheffe de division des prix à la consommation de l’Insee dans les colonnes de la Croix : « Les enseignes ne nous transmettent aucune information individuelle sur le consommateur. Nous recevons seulement des informations sur le nombre de produits vendus et leurs prix par point de vente ».

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles