CES Las Vegas : La Région Grand-Est croit en ses start-up

A l’instar d’autres régions, le Grand-Est a sélectionné et accompagné quinze de ses jeunes pousses au Consumer Electronic Show de Las Vegas, l’évènement incontournable dans le secteur de l’innovation et des nouvelles technologies. Véritable vitrine pour les start-up comme pour leur territoire, c’est une occasion à ne pas rater pour développer une visibilité à l’international et rencontrer des investisseurs. Mais un tel déplacement se prépare bien en amont…

La vitrine de la Région

La Région Grand-Est accompagne jusqu’au 12 janvier, 15 de ses start-up au Consumer Electronic Show (CES), un salon unique en son genre. Pour le président Jean Rottner qui « crois en nos start-up », les jeunes entreprises « sont la vitrine de notre Région. Leur rayonnement permet au Grand-Est, territoire situé au cœur de l’Europe, d’être visible sur la scène internationale ».

Déjà l’année dernière, la Région avait été aux côtés de douze entreprises « qui ont, grâce à leur présence à cet événement, pu développer leur visibilité internationale, rencontrer des investisseurs et des partenaires, promouvoir leurs produits auprès de distributeurs internationaux et démultiplier leurs contacts ».

Bien préparer son déplacement en amont

Pour faire de cette présence au CES une réussite, La Région Grand-Est mise aussi sur une bonne préparation des start-up sélectionnées. Ainsi, des coaching réalisés par un consultant spécialiste du secteur ont été réalisés en amont du salon. De plus, le Grand-Est a assuré l’organisation d’un programme de rendez-vous BtoB durant le salon avec des grands comptes, industriels, distributeurs, acheteurs et investisseurs. Chaque start-up sélectionnée dispose sur place d’un stand individuel de 9m2 dans l’Eureka Park, le grand hall réservé aux start-ups et PME. On y trouve les 800 entreprises exposantes sélectionnées pour environ 5 000 candidatures.  Coût total pour la Région ? 66 000 euros.

Qui sont les 15 start-up sélectionnées ?

Parmi les quinze représentants sélectionnés de l’éco-système de la Région Grand-Est, on trouve par exemple Aquilae qui grâce à l’Intelligence Artificielle, révolutionne la vidéosurveillance.

Dans le domaine de l’e-santé, Cardio Renal améliore de façon considérable le traitement à domicile des patients souffrant d’insuffisance cardiaque grave. De même Pharmagest propose une application qui fournit des outils nécessaires pour mieux gérer sa santé à long terme. Très innovante, HypnoVR fait aussi partie du voyage. Cette start-up est spécialisée dans le développement de solutions d’hypnose médicale associée à la réalité virtuelle pour l’anesthésie, le traitement de la douleur, la gestion du stress et de l’anxiété.

Autre exemple de réussite, monfoxy propose pour les nourrissons des chaussettes intelligentes et connectées. En surveillant « les paramètres physiologiques, la position de sommeil et la qualité de l’environnement de l’enfant, elle permet de rassurer les parents en s’assurant du bien-être du bébé ».

Certain, comme Quantmetry Health sont déjà considérés comme des leaders européens dans leur domaine. Grâce à ses algorithmes, ce dernier permet de mieux diagnostiquer le cancer du sein, de guider les radiologues dans leurs prises de décisions et d’anticiper des complications liées aux opérations chirurgicales.

Parmi les autres start-up, on trouve également Acea, InMan, myrissi, RedE, Syslor, Tallyos, TransChain et Viewwer.

Le Grand-Est, une Région attractive et innovante

Depuis 2015, la région a élaboré et mis en œuvre son Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII), plus simplement appelé Be EST. Pour le territoire, cette stratégie représente « une offensive économique sans précédent, prenant en compte les attentes et les besoins des partenaires ainsi que les spécificités de l’ensemble des territoires ». Ce sont déjà plus de 10 millions d’euros qui ont été investi pour accompagner les acteurs du territoire. Chaque année, entre 100 et 150 entreprises industrielles sont par exemple accompagnées via la réalisation d’un diagnostic global mesurant les performances des outils de production.