Vers la création de démonstrateurs IA en France ?

Près de onze mois après la publication du rapport du député de l’Essonne Cédric Villani sur l’IA, la France semble se mettre enfin en ordre de bataille. Dernier exemple de cette mobilisation, l’AI France Summit a réuni les experts français pour analyser les résultats de l’étude « Intelligence artificielle – Etat de l’art et perspectives pour la France ».

AI France Summit, mettre en place une stratégie nationale


Quel rôle pour la France en matière d’intelligence artificielle ? Le 19 février dernier, l’AI France Summit réunissait à Bercy les principaux experts du secteur pour répondre à cette question stratégique. A l’initiative de TECH IN France, du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) et de la Direction Générale des Entreprises (DGE), l’évènement a permis de “dresser le constat des potentialités de l’écosystème France en matière d’intelligence artificielle”. Cette journée était consacrée à l’analyse des résultats de l’étude « Intelligence artificielle – Etat de l’art et perspectives pour la France » réalisée par le cabinet ATAWAO.

Mieux fédérer les acteurs


Pour relever le défi de l’IA en France, l’étude recommande de favoriser “au maximum l’expérimentation de ces technologies sur le territoire”. C’est en effet la clé essentielle “pour fédérer largement tous les acteurs : laboratoires de recherche, enseignement, écosystèmes innovants, start-up, grands groupes, financeurs et grand public”.

Pas assez ambitieux dans l’expérimentation ?

Mais ces expérimentations pourraient être plus ambitieuses, par exemple dans le domaine de la mobilité. Ainsi “ une ville entière de plusieurs milliers d’habitants pourrait (…) servir de champ d’expérimentation à l’ensemble des technologies innovantes du véhicule autonome”.
Dans le domaine de l’énergie, le rapport propose que des écoquartiers puissent regrouper “l’ensemble des technologies de transition énergétique”.

La France et Paris, champion européen pour l’attractivité en IA ?

La France aurait tort de se priver du potentiel promis par l’IA. Plusieurs signaux sont d’ailleurs aujourd’hui très positifs. Ainsi, notre pays est “la première nation continentale européenne en termes d’attractivité des start-up IA”. Paris localise en effet les deux tiers de celles-ci, soit 73 sur 109.

Autre point positif, deux GAFA ont installé leur centre de R&D en IA en Ile-de-France.

C’est aussi en France que s’est constitué l’institut PRAIRIE (pour PaRis Artificial Intelligence Research Institut). Il regroupe le CNRS et l’Inria mais aussi Amazon, Criteo, Microsoft ou encore Google.

Comment développer et sécuriser la recherche en IA ?

L’enjeu pour notre pays est donc aujourd’hui double. Il s’agit en effet tout à la fois de former mais aussi de retenir “les meilleurs chercheurs”. Afin d’y parvenir, AI France Summit a permis de lister les efforts à fournir dans plusieurs domaines.

Plusieurs idées ont ainsi été émises pour “stimuler les collaborations transdisciplinaires dans les appels à projets”. L’enjeu est aussi d’inciter » les entreprises à compléter fortement les financements publics insuffisants en IA”.

Plus d’info sur l’étude « Intelligence artificielle – Etat de l’art et perspectives pour la France » en cliquant ici

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
auteur

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également élu local, adjoint au Maire de St Lô adjoint en charge de la stratégie et du marketing territorial.

Voir tous ses articles