Quand la Banque de France se met aux crypto-monnaies

Depuis sa création en janvier 1800, la Banque de France a connu quelques révolutions. Une nouvelle ère est peut-être en train de se jouer alors que l’institution s’intéresse de près aux crypto-monnaies. Explications.

10 dossiers de candidature

Le Banque de France est une vieille dame de plus de 200 ans. Pour autant, elle reste toujours à l’affût des dernières innovations. L’une d’elles attire principalement sa curiosité ces derniers temps. La « valeur » croissante des crypto-monnaies est en effet aujourd’hui une réalité. Lors d’une conférence de presse, donnée en début de semaine dernière  par l’institution, celle-ci a annoncé qu’elle sélectionnerait d’ici le 10 juillet, 10 dossiers de candidature proposant des expérimentations autour des transactions numériques.

Apprendre en faisant

L’enjeu ? Explorer des nouveaux usages possibles d’une monnaie numérique gérée par les banques centrales. Aussi, depuis mercredi, la Banque de France a débuté des entretiens avec les candidats éligibles. Et d’ajouter que l’idée est « d’apprendre en faisant et d’identifier les approches, les problèmes, les limites, les points d’attention, les effets sur l’écosystème ».

Vous avez dit « blockchain » ?

Parmi les domaines d’expérimentations pressenties, on trouve « les transactions entre grands acteurs financiers » et « l’échange d’euros contre des unités de cette nouvelle monnaie numérique ». Ces expérimentations est une nouvelle étape après l’annonce en mai dernier par la Banque de France d’un premier test d’utilisation de « monnaie digitale de banque centrale » grâce à la technologie blockchain.

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles