Data Protection Day : l’occasion de briser les idées reçues

Le 28 janvier : c’était  la journée mondiale de la protection des données. Alors qu’un français sur deux déclare ne pas savoir comment exercer ses droits, la CNIL profite de l’occasion pour « briser les idées reçues et rappeler les moyens permettant de les exercer ».

Pourquoi une journée consacrée aux données personnelles ?

L’idée d’une journée consacrée à la protection des données vient du Conseil de L’Europe lui-même. Chaque année depuis 2006, on célèbre en effet le 28 janvier, la signature de la convention sur la protection des données du Conseil de l’Europe. Plus souvent connu sous le nom de « Convention 108 », il s’agit du seul instrument international « conférant aux personnes le droit à la protection de leurs données personnelles ». Cette journée est aussi et surtout l’occasion de faire un peu de pédagogie et de rappeler quelques fondamentaux.

Comment faire exercer ses droits ?

En mai dernier, l’Ifop et le Think tank Renaissance Numérique publiaient une enquête sur la protection des données personnelles. Si 81% des Français déclaraient alors « être attentifs au traitement qui est fait de leurs données personnelles », seulement 46% d’entre eux pensaient « connaître leurs droits en la matière ». Plus dommageable, près d’un français sur deux ne sait pas comment faire exercer ses droits.

Une palette de droits pourtant large !

Comme le rappelle la CNIL, « la palette de droits est large ! ». Faire effacer des informations que vous jugez gênantes, ne plus figurer dans une base de données commerciale ou même procéder à la suppression d’une information inexacte … pour tous ces exemples, le droit est de votre côté ! La CNIL rappelle également que vous disposez d’un droit d’accès. Ce dernier « vous permet d’obtenir et de vérifier les données qu’un organisme détient sur vous ».

Faire supprimer des informations, est-ce si simple ?

Il y a presqu’un an, le RGPD s’imposait officiellement à tous, entreprises, administrations et même associations. Sa mise en place facilite ainsi le respect de nos droits. Tout d’abord, la première étape consiste concrètement à contacter l’organisme. Généralement, on trouve un moyen de contact directement en bas de page sur le site. Pour ne pas vous faire perdre de temps, la CNIL propose des modèles type de courrier . Aucun justificatif n’est à fournir et c’est gratuit. Les organismes ont l’obligation de vous répondre sous un mois. Passé ce délai, vous pouvez adresser une plainte auprès de la CNIL via ce lien.

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également élu local, adjoint au Maire de St Lô adjoint en charge de la stratégie et du marketing territorial.

Voir tous ses articles