Haut de France : Anzin expérimente le Budget participatif

A quelques kilomètres de Valenciennes, Anzin est une ville d’environ 13 400 habitants. Membre du réseau Ville Internet, elle arbore déjà fièrement 2 arobases, preuve qu’elle n’est jamais à court d’idée pour innover. En 2019, la municipalité a souhaité profiter des nouvelles possibilités offertes par le numérique pour expérimenter un budget participatif.

Le numérique, outil facilitateur

« Vous avez des idées pour votre ville ? Vos projets peuvent être réalisés avec le budget participatif ! ». Comme l’annonce la collectivité d’Anzin, située dans le Nord, le budget participatif semble simple à mettre en place. Pourtant, dans la réalité, pas s’y simple de faire participer les habitants. Le numérique est justement un vrai plus pour les inciter à prendre part au projet.

Une enveloppe de 50 000 euros

A Anzin, les élus ont attribué une enveloppe de 50 000 euros. Aux habitants maintenant de proposer leurs idées afin de « construire, rénover, améliorer ou enrichir un bâtiment, une rue, un quartier ou toute la ville ».

Seules contraintes, respecter la loi bien évidemment, relever de la compétence de la ville et bien évidemment, améliorer le quotidien des habitants. Tous les domaines d’intervention ou presque sont possibles : environnement, éducation, sport ou encore santé. Ils pourront par exemple, concerner le fleurissement d’une place, l’accessibilité d’un lieu ou encore rénovation d’une aire de jeux. Tout le monde peut participer : « tous les Anzinois sans condition d’âge peuvent proposer un projet, seul ou avec d’autres habitants, réunis ou non en association ».

Comment ça marche ?

Les habitants ont jusqu’au 31 mars prochain pour déposés leurs projets à l’accueil de la mairie, dans les structures municipales ou par mail. Des rendez-vous sont même possibles avec le service cohésion sociale de la ville d’Anzin afin d’accompagner les habitants.

Seconde étape, les projets seront étudiés lors d’une commission consultative par un comité de gestion « composé de représentants du Conseil Citoyen, d’habitants volontaires, d’élus et de techniciens de la ville ».

Enfin, tous les anzinois pourront voter sans condition d’âge dans la limite d’un vote par personne via l’application « Le vote » ou dans l’une des urnes déployées sur la ville du 7 juin au 14 septembre.

Contribuer en quelques clics

Pour les habitants, il leur suffit donc de télécharger gratuitement l’application. Aussi, pour garantir la légitimité du vote, ils doivent scanner leur carte d’identité. Cette démarche permet ainsi d’attribuer un numéro d’identifiant unique automatiquement généré par France Connect.  Pour stocker et transférer les informations de manière complètement sécurisée, Le Vote utilise la technologie Blockchain. Cela permet de garantir la confidentialité de chaque vote.

Pourquoi se lancer dans un budget participatif ?

Les collectivités, de tailles et d’échelons territoriaux variés, sont de plus en plus nombreuses à mettre en place un tel dispositif. Les intérêts sont donc nombreux : impliquer les citoyens, faire vivre un quartier ou encore développer la citoyenneté.

Ils peuvent être aussi pédagogiques, en donnant une meilleure compréhension des sommes investies et gérées par la collectivité. Enfin, cette initiative rappelle les compétences de chacun.

 

 

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également élu local, adjoint au Maire de St Lô adjoint en charge de la stratégie et du marketing territorial.

Voir tous ses articles