La Rochelle regarde à la loupe son bilan carbone numérique

Difficile de s’attaquer à un problème sans être capable au préalable de mesurer son ampleur. C’est pourquoi, la Ville et l’Agglo de La Rochelle viennent se sont pencher sur leur bilan carbone numérique. Cette étape fait partie d’une démarche baptisée à plus long terme « Numérique Responsable » et dans le grand projet La Rochelle Territoire zéro carbone à horizon 2040.

En ordre de bataille pour appliquer la stratégie Zéro carbone

Comme l’expliquent les deux collectivités ; « le numérique est un outil d’accompagnement important dans la stratégie Zéro carbone. Mais c’est aussi une source d’émissions de CO2 ». Aussi, pour mettre en œuvre une stratégie efficiente de réduction des émissions, « un bilan des émissions de CO2 du numérique vient d’être réalisé ».

Vers un horizon 2040 plus vert

En effet, comme le précise le communiqué de presse, la Ville et la Communauté d’Agglomération de La Rochelle sont engagées dans le grand projet La Rochelle Territoire zéro carbone à horizon 2040 et une démarche Numérique Responsable. Or, la stratégie Numérique responsable rochelaise repose sur « la compréhension de l’enjeu, un état des lieux de l’impact, et la mise en oeuvre de solutions pour éviter, réduire et compenser ».

Une problématique mondiale aux solutions locales

Si les chiffres varient selon les experts au niveau de la planète, l’augmentation croissante du numérique dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre est communément admise. Ainsi selon l’Institut du Numérique Responsable par exemple l’économie et les usages numériques serait responsables de 4% des émissions mondiales de CO2, soit autant que le transport civil aérien. Autre pourcentage très révélateur, Ils consomment 10% de l’électricité mondiale.

Viser l’exhaustivité

Un des enjeux d’une telle démarche était d’obtenir des résultats les plus exhaustifs possibles. C’est pourquoi, La Ville et la Communauté d’Agglomération de La Rochelle ont inclus bien évidemment les services informatiques et d’information des collectivités ; mais aussi leurs prestataires externes, ainsi que les écoles de La Rochelle. Il a été réalisé en prenant 2020 comme année de référence.

680 Tonnes annuelles

Un chiffre tout d’abord est à retenir. La Ville et l’Agglo de La Rochelle, de parts leurs activités numériques génèrent 680 Tonnes annuelles de CO2. Les résultats dévoilent une forte disparité entre les émissions liées aux usages et celles imputables aux équipements matériels. En effet, pas moins de 8 domaines émetteurs ont été recensés mais celui qui, de loin est le plus néfaste est la fabrication même des outils numériques utilisés par les collectivités, à hauteur de 53,8% du CO2 produits chaque année. 36% viennent des abonnements et des consommables et 4,1% de l’énergie utilisé pour les postes et les data center.

3400 écrans et 2500 bases d’ordinateurs

Avec 3 400 écrans pour 2 500 bases d’ordinateurs, un effort de réduction semble donc s’imposer. Comme a pu d’ailleurs l’expliquer à nos confrères de France Bleu ; l’adjointe au maire de La Rochelle et conseillère déléguée au Numérique pour la ville et la communauté d’agglomération, Marie Nédellec ;  « Il faut mesurer que nos écrans dans la collectivité ont une empreinte très forte sur notre bilan carbone, tout ça aussi va devoir être travaillé, en conservant le bien-être et la qualité de travail de nos agents tout en sensibilisant au fait que même si un écran est rarement utilisé et allumé, son empreinte pèse tout autant. Si on veut atteindre la neutralité carbone en 2040, c’est ce type d’action qui va nous permettre d’atteindre cet objectif ».

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles