Focus sur… Déclic et son projet « Sobriété numérique »

Face au défi de numérique durable que nous devons relever, ne vaut-il pas mieux jouer collectif ? C’est en tout cas la proposition faite par Déclic, la fédération des Opérateurs Publics de Services Numériques. Focus aujourd’hui sur son projet « Sobriété numérique, initier une démarche collective sur le numérique durable » récompensé au printemps dernier par les Interconnectés.

Une structure dévouée « à l’intérêt général des collectivités »

Alors que le mot « sobriété » résonne en boucle en cette rentrée, dans tous les médias, les prises de parole du gouvernement pour encourager ici à « éteindre la lumière en quittant une pièce » et là à « débrancher son wifi la nuit » ont de quoi nous laisser pantois. Heureusement pour nous, certains acteurs, à l’instar de Déclic, sont engagés sur le sujet depuis plusieurs années. Ainsi, comme l’explique volontiers Emmanuel Vivé, directeur général de l’Adico et président de Déclic : « Le but de notre réseau, exclusivement dévoué à l’intérêt général des collectivités, consiste à mutualiser l’information, les expériences, la veille technologique et réglementaire, par une mise en commun d’outils et de moyens ».

Un projet récompensé par les Interconnectés

Et Emmanuel Vivé de poursuivre : « notre objectif depuis la création en 2005 est d’équilibrer les relations entre les collectivités locales et leurs interlocuteurs, qui interagissent dans un pôle d’intérêt général devenu abondant, en renforçant la mutualisation de leurs ressources ». Preuve de son engagement concret et des résultats obtenus, Déclic a été récompensé en mars dernier, lors du Forum des Interconnectés à Nantes qui portait sur le thème : « Quelle société numérique voulons-nous ? ». La Fédération a en effet reçu le label argent dans la thématique numérique responsable pour son projet de « Sobriété numérique, initier une démarche collective sur le numérique durable ».

Un outil de pilotage clé en main

Concrètement, ce projet vise à permettre aux collectivités « d’engager une démarche d’amélioration continue pour tendre vers un numérique plus sobre ». Et pour arriver à cet objectif, Déclic propose la mise à disposition d’un outil de pilotage réunissant tout à la fois un indice de maturité, des règles et bonnes pratiques ou encore une documentation spécifique. Cette dernière permet l’élaboration et le suivi d’un plan d’actions structuré.

3 axes de déploiement

Le projet « Sobriété numérique » se décline ainsi en 3 axes qui sont tout d’abord, « l’acculturation des parties prenantes aux enjeux et bonnes pratiques de la sobriété numérique » ; mais aussi « le développement d’une solution logicielle libre destinée à permettre aux collectivités territoriales de structurer et de piloter leur démarche de façon centralisée et visuelle, aussi simple et accessible que possible ». Enfin, Déclic propose un « accompagnement des collectivités territoriales par les Opérateurs Publics de Services Numériques (OPSN) ».

Être exemplaires mais aussi moteur du changement

Pour le Président de Déclic, les collectivités se doivent « d’être exemplaires tout en étant moteur du changement à leur échelle ». Or, malgré la multiplication des expérimentations ici ou là, la sobriété numérique est un sujet encore naissant pour les collectivités territoriales, et il est difficile de trouver des outils complets pour mettre en place la démarche. Déclic permet par son projet de répondre concrètement à une problématique de territoire grâce « à une démarche d’amélioration continue pour un numérique plus sobre ».

Pour en savoir plus sur Déclic et sur ce projet Sobriété numérique, profitez de la présentation en cliquant ici .

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles