En Auvergne-Rhône-Alpes, TUMO donne aux jeunes les clés de leur futur

Pas de vacances pour les passionnés de numérique. En Région Auvergne-Rhône-Alpes, les jeunes de 12 à 18 ans peuvent depuis janvier dernier, suivre un programme pédagogique extrascolaire innovant et gratuit, baptisé TUMO. Paroles d’Élus vous en dit plus ici.

Se projeter sur un métier qui n’existe pas encore

85% des métiers de 2030 n’existent pas encore. Face à ce futur encore inconnu, comment aider les jeunes à se former de façon active afin de devenir à la fois acteurs et créateurs du numérique de demain, tout en les aidant à se projeter dans leurs parcours d’orientation scolaire et professionnel ?  C’est à cette question complexe que la Région Auvergne-Rhône-Alpes a souhaité s’atteler. La collectivité a peut-être trouvé un début de réponse concrète grâce au programme de formation extrascolaire TUMO.

Huit domaines

S’il reste difficile pour eux de se projeter sur leur futur emploi, les collégiens et lycéens d’Auvergne-Rhône-Alpes peuvent désormais cultiver leurs appétences dans des domaines en pleine mutation et nécessitant des prérequis numériques. Cinéma, robotique, musique ou encore jeu vidéo sont quelques exemples des huit domaines pour lesquels le centre TUMO, offre une opportunité d’apprendre et de pratiquer. Le centre donne accès aux nouvelles technologies créatives du design et du numérique et permet de cultiver curiosité, créativité et talents aux côtés des meilleurs experts.

1000 jeunes

Situé sur le site du Campus Région du numérique à Charbonnières-les-Bains, ce programme vient compléter l’offre de formations existantes et permet donc aux jeunes de 12 à 18 ans d’être au plus proche d’autres formations supérieures, à l’instar de l’école 42, mais aussi des entreprises et des acteurs de l’innovation de la région. Sur place, le centre est prévu pour accueillir 1 000 jeunes, il est composé de différents espaces : l’Agora, le rez-de chaussée pour l’autoformation et le 2e étage réservé pour les Labs et Masterlabs.

Un projet made in Arménie

Pour développer ce programme sur son territoire, la Région s’est rapprochée du premier centre TUMO basé à Erevan (Arménie) et de ses fondateurs. C’est en effet à Sam et Sylva Simonian, Arméniens nés à Beyrouth et ayant grandis aux États-Unis, que l’on doit ce programme de formation. Lancé en Arménie en 2011, il compte aujourd’hui dans le pays pas moins de 14 000 jeunes accompagnés. Par ailleurs, de nombreux centres, comme celui d’Auvergne-Rhône-Alpes, se sont créés aux quatre coins du monde.

« Etre bénéfique à la jeune génération »

Comme l’expliquent volontiers les Simonian; « les organisations arméniennes ayant toujours joué un rôle significatif dans l’éducation et les différents succès rencontrés du couple » . Aussi, ont-ils décidé à leur tour d’être bénéfique à la jeune génération.

« Une méthode originale, à la fois ludique et personnalisée »

Le couple Simonian a imaginé une méthode originale, à la fois ludique et personnalisée. Elle repose sur trois principes complémentaires, entre théorie et pratique. Il s’agit de l’autoformation pour définir un socle de compétences à partir des huit domaines proposés ; des Labs. Des professionnels les animent pour la mise en pratique des connaissances et la réalisation de projets collaboratifs. Les Masterlabs enfin, font intervenir des experts internationaux « pour s’inspirer et enrichir les parcours ».

Confiance en soi

Outre l’apprentissage de compétences techniques, la pédagogie TUMO offre selon les fondateurs, aux collégiens et lycéens les moyens « de trouver leur place dans un monde digitalisé (…) en développant créativité, esprit d’initiative (…) et confiance en soi ». Ainsi, la « construction d’un regard critique et citoyen à l’ère numérique », « l’acquisition efficace de connaissances selon le principe de l’autonomisation » et une « sensibilisation à l’environnement professionnel et ses évolutions » sont des éléments clés de ce dispositif.

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles