DEFFINOV Tiers-lieux : des appels à projets régionaux pour soutenir la formation

Les plus de 2500 Tiers-lieux implantés partout en France peuvent-ils devenir des lieux de formation ? C’est en tout cas une piste jugée suffisamment crédible pour que le Ministère du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion, l’association Régions de France et l’ANCT lancent de concert le dispositif DEFFINOV Tiers-lieux. Celui-ci, via des appels à projets, doit permettre de soutenir concrètement la formation dans les tiers-lieux et espaces de proximité, « accessibles et attractifs pour différents publics ».

Bientôt 3500 Tiers-lieux en France

Dans le rapport 2021 de France tiers-lieux, Patrick Lévy-Waitz président de l’association, déclarait qu’il était possible « d’estimer le nombre de tiers lieux en France à plus de 2500 en 2021 ». Et d’ajouter : « nous pouvons affirmer avec certitude qu’ils seront entre 3000 et 3500 fin 2022. Et la dynamique est loin de s’essouffler. Cette croissance épatante révèle la créativité, la capacité à faire ensemble et la vitalité qui se trouvent dans tous nos territoires, y compris les moins dotés et les plus en difficulté ».

Des lieux créés grâce à l’impulsion des citoyens

De fait, l’État ces dernières années, semble avoir pris en compte le rôle important de ces structures aux multiples formes qui éclosent un peu partout en France. Les tiers lieux permettent ainsi selon les dires du gouvernement, de « pallier l’isolement » et de « dynamiser leur territoire » sous l’impulsion « des citoyens afin de développer le « faire ensemble » et retisser des liens ». Ces lieux sont en effet des acteurs centraux de la vie de leurs territoires. Et leur activité parfois encore trop réduite à des espaces de coworking, contribuent bel et bien « au développement économique et à l’activation des ressources locales ».

Vers une transformation en profondeur de la Formation

Aussi, fort de ce constat, le Ministère accompagné de Régions de France et de l’ANCT viennent de lancer « DEFFINOV tiers-lieux ». Il s’agit du 2e volet du Plan de transformation de la formation, piloté par le Haut-commissariat aux Compétences et intégré à France Relance. L’objectif ? amplifier le mouvement de digitalisation de la formation et faire de la France un leader en matière d’innovation pédagogique.

50 millions d’euros

Ces appels à projets sont dotés d’un budget de 50 millions d’euros. Les projets retenus devront permettre de « rapprocher les écosystèmes de la formation et des tiers-lieux ». Le premier critère retenu pour distinguer les candidats est celui de la diversification des lieux de formation. Il s’agit en effet « de renforcer l’accessibilité́ des formations et de diffuser la logique d’apprentissage par le faire ou en situation de travail ». Un autre critère de sélection, mis en avant lors de la conférence de presse de lancement, concernera « l’émergence de solutions et d’approches pédagogiques innovantes, intégrant les apports des technologies numériques et immersives ».

Adaptés aux différents contextes territoriaux

Ils seront donc lancés dans chaque région et territoires d’outre-mer à partir d’un cadre national commun. Il est par ailleurs bien précisé qu’ils seront « adaptés aux contextes, priorités et enjeux locaux et portés le plus souvent par les Conseils régionaux et les collectivités d’outre-mer ». Le calendrier à retrouver sur le site du ministère du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion.

Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles