Musée numérique de Reims : 13 500 chefs d’œuvres à observer à la loupe

On ne le dira sans doute jamais assez ; le monde de la Culture a été particulièrement réactif durant cette crise sanitaire afin d’offrir un accès à du contenu de qualité. Grâce à la portée de nouveaux usages permis par le numérique, ce sont de nouvelles façons de faire de la médiation qui ont vu le jour. Direction aujourd’hui Reims où un musée numérique permet en quelques clics de découvrir pas moins de 13 500 œuvres des musées rémois. Ce chiffre devrait rapidement augmenter. Retour sur un projet imaginé bien avant le premier confinement.

Un projet imaginé dès 2019

Depuis décembre dernier, il est possible de découvrir depuis son smartphone ou son ordinateur, les premières œuvres numérisées des musées des Beaux-Arts, Le Vergeur et Saint-Remi de Reims. Ce projet, initié dès le printemps 2019, devait permettre initialement de maintenir l’accès aux peintures, sculptures, gravures et autres objets d’art durant la durée d’un titanesque projet.

Du virtuel au physique et vice versa

La ville investit en effet plus de 45 millions d’euros dans un tout nouveau Musée des Beaux-Arts avec une livraison d’ici 2023. Mais avec la pandémie et la longue fermeture de tous les établissements culturels recevant du public, cette idée a plus que jamais démontré sa pertinence.

Une expérience multiple

En effet, si cette nouvelle plateforme de médiation et de rayonnement, porte le nom de « Musée numérique », ce n’est pas pour rien. De fait, il ne s’agit pas seulement d’une base de données. Un rapide passage sur l’adresse du site permet de se rendre-compte des possibilités offertes ; visites thématiques, coups de cœur à partager sur les réseaux sociaux, observation de chefs-d’œuvre à la loupe, etc. … L’outil est ludique et pousse à la curiosité. Ce musée virtuel offre une valeur ajoutée bien réelle.

Objectif : 100 000 œuvres

Dans un communiqué de presse, la ville précise que par «  le nombre de reproduction d’œuvres rendues accessibles (…), le musée numérique de la ville de Reims se place en 1re position pour les Beaux-Arts après Paris ». Mais loin de vouloir en rester là, l’offre de ce musée numérique devrait continuer à s’enrichir. Ainsi, l’objectif ambitieux de l’intégralité des œuvres rémoises, soit 100 000 pièces devraient être accessibles en ligne d’ici 2025.

Une vraie visite depuis son salon

D’ores-et-déjà, 9 expositions thématiques sont proposées « pour une première découverte des points forts des collections des musées de Reims : le Japon des samouraïs, l’orientalisme, l’exceptionnel fonds de peintures de Camille Corot… »

Toucher les œuvres des yeux

Par ailleurs, le musée numérique présente une offre en ligne d’œuvres exposées en permanence ou conservées en réserves en très haute définition, numérisées en gigapixels pour observer les moindres détails  « jusqu’aux coups de pinceaux ». A noter également qu’on y découvre aussi les œuvres spoliées lors de l’occupation allemande.

L’Open data au cœur

Dans les faits, c’est donc une vraie révolution qui se déroule aujourd’hui dans les musées grâce à cette bascule vers l’Open Data. En effet, si pendant longtemps la reproduction et la diffusion des œuvres étaient regardées de près et limitées ; par crainte  sans doute, de fragiliser l’intérêt et la valeur des visites ; cette approche est dorénavant révolue. Ces 13 000 œuvres sont « chacune accompagnées de notices individuelles et illustrées par 30 000 images ». Sur ce nombre, la moitié soit  « plus de 15 000 images en haute définition » sont téléchargeables  et « librement utilisables pour tous usages ».

 

Pour commencer votre visite du nouveau musée numérique de Reims, cliquez ici.

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles