Smartseille, le 112ème quartier innovant de la planète Marseille

On dit souvent que Marseille est la ville aux 111 quartiers. Non loin du vieux port, c’est un nouveau quartier qui prend peu à peu vie dans la Cité Phocéenne. Construit sur une ancienne zone industrielle laissée à l’abandon, il rassemblera environ 4 000 personnes sur les différents espaces de logements, de bureaux et d’équipements communs. Lauréat des projets «Démonstrateurs industriels pour la ville durable » décerné par les ministères de l’Ecologie et du Logement, ce nouveau quartier est parfois appelé Smartseille ou éco-cité Euroméditerranée 2. C’est deux appellations témoignent de sa double ambition, être à la fois le plus écologique possible et en même temps complètement connecté.

 

Un exemple de développement durable global

Smartseille a l’ambition de devenir une référence dans l’utilisation d’énergies locales renouvelables. En effet, les 60.000 mètres carrés de bureaux, d’équipements et de logements sont chauffés grâce à une boucle eau de mer, fonctionnant sur le principe des pompes à chaleur. Cette innovation puise de l’eau de mer par 50 mètres de fond, là où l’eau est à température constante toute l’année, autour de 12 degrés. Elle permet ainsi de créer 4 kW d’énergie pour 1kW dépensé pour le fonctionnement du système. La proportion d’énergie non renouvelable utilisée est ainsi réduite de près de trois quart.

De plus, ce quartier est un bel exemple de solidarité énergétique. Les bâtiments étant en effet reliés entre eux, il est ainsi possible de transférer le surplus de chaleur dégagé par certaines parties vers celles moins bien exposées par exemple.

Mais on peut bel et bien parler pour ce projet de développement durable global. En effet, avant même de pouvoir poser la première pierre, le premier travail a consisté à dépolluer le terrain. Jadis occupé par un site industriel, il était très chargé en plomb et en hydrocarbures lourds. La ville de Marseille a donc opté pour une méthode douce de dépollution appelée Mycoremediation. Cette technique permet de décontaminer des surfaces importantes grâce à des champignons. Contrairement à l’usage de bactéries, les champignons ont la faculté de dépolluer tout en permettant à la biodiversité de se réinstaller rapidement.

Le numérique au coeur de nouveaux usages

Orange pilote la mise en place de l’ensemble des solutions numérique de ce nouveau quartier. L’infrastructure en Très Haut Débit et le wifi gratuit permettent par exemple aux habitants et aux salariés d’utiliser des services numériques innovants. L’objectif ? Simplifier le quotidien et développer le lien social.

L’intranet disponible aux quatre coins de Smartseille donne ainsi accès à une plateforme d’échange. On peut s’y prêter du matériel mais aussi partager un savoir-faire ou tout simplement proposer son aide. Il est aussi possible de profiter d’un service de e-conciergerie permettant de se faire livrer ses courses, de profiter de paniers de fruits et légumes en circuit court d’approvisionnement, de réserver du matériel ou de déposer des colis à livrer.

Les appartements rassemblent quant à eux de nouvelles technologies et objets connectés. Chacun d’entre eux étant muni d’une tablette, il est possible en temps réel de suivre la  consommation d’énergie et de gérer au plus près de les besoins en chauffage, et éclairage ainsi que la production d’eau chaude. De façon anonyme, les habitants peuvent même connaître selon leur consommation, leur classement par rapport à l’ensemble des autres occupants.

Des détecteurs de présence préviennent les habitants sur leur téléphone de la présence d’un individu dans l’appartement (pratique quand on veut être certain que ses enfants sont bien rentrés).

Autre service, l’application ZenPark permet également de mutualiser les places de parking. Concrètement, les habitants absents peuvent mettre à disposition des employés, leurs places de parking pendant la journée. Grâce à ce système présent dans plusieurs villes, tout le monde est gagnant. Les utilisateurs de Zenpark tout d’abord, puisque les tarifs sont généralement entre 25 % et 50 % moins chers que ceux des parkings traditionnels. Mais c’est aussi un moyen d’optimiser les ressources lorsque l’on sait que le coût moyen pour la construction d’une place de stationnement avoisine les 1750 €  par m2. Enfin , la planète aussi y trouve son compte. En effet, en supprimant des places de parking dans les villes c’est dernières années, les émissions de CO2 ont bondi de 20% pendant que le trafic automobile lui, augmentait de 30%.

Mais ce n’est pas tout, on trouve aussi à Smartseille des pièces nomades, située entre deux logements ont été imaginés pour répondre aux évolutions des besoins des familles. Elles permettent ainsi de bénéficier d’un espace supplémentaire pour faire du télétravail ou pour héberger un proche. Enfin, des véhicules électriques et de vélos en libre-service sont proposés aux usagers.

Un écosystème partenarial gagnant

Le projet Smartseille regroupe de nombreux partenaires. Les innovations ont en effet nécessité l’expertise de grands groupe comme Eiffage ou Orange Business Services mais aussi de  PME et  de start-up innovantes, parmi lesquelles Enodo, Urbagri, Amplifynature, Polypop, ou encore Echy.

Condensé de nouvelles technologies et d’innovations au service du développement durable, Smartseille est un projet ambitieux. Convaincu que cette expérience peut être un exemple concret de smartcity pour la décennie à venir, l’Etat s’est d’ailleurs engagé a soutenu techniquement le projet sur cinq ans. Le commissariat général à l’investissement a garanti également un appui financier au travers d’un programme d’investissement d’avenir.

 

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles