Déploiement de la 5G : quels sont les enjeux ? (1/3)

Avec la 5G, se dessine aujourd’hui la promesse de répondre, par une seule technologie et de manière simultanée, à une très grande variété de besoins. Mais si cette cinquième génération de communications mobiles se présente comme une génération de rupture, au carrefour de ces nouveaux usages, les enjeux qu’elle soulève sont colossaux. Son arrivée aura un impact important, non seulement dans la sphère technique, mais aussi dans le développement économique et social des pays. Petit tour d’horizon de quelques questions posées par la 5G.

Enjeu de débits et de régulation

L’implémentation de la 5G repose sur un ensemble de solutions techniques, qui seront mises en place progressivement. En France, les antennes mobiles 5G pourront utiliser plusieurs bandes de fréquences : le 700 Mhz, le 3,6 GHz et à terme, le 26 GHz mais la bande «coeur» est le 3,4 – 3,8 GHz. Dans le monde, plusieurs pays se sont positionnés pour que la bande de fréquence 26 GHz devienne la bande pionnière de la 5G. Jusqu’ici non-utilisée pour les réseaux mobiles, elle permet, grâce à la largeur importante des fréquences, des débits encore inégalés et des usages inédits.

Mais sa longueur d’ondes étant plus courte, on entend beaucoup parler d’elle par le fait qu’elle nécessitera la multiplication des mini antennes (small cells). Actuellement, seules des licences de test ont été attribuées par l’ARCEP sur le 26 GHz pour expérimenter en condition réelle les usages pressentis. Cette bande de fréquence ne fait donc pas partie des enchères que s’apprête à lancer l’ARCEP. Elle n’est donc pas encore à l’ordre du jour en termes de déploiement.Mais si le potentiel de la 5G semble infini ou presque côté usages, les fréquences sont-elles bel et bien limitées, d’où l’importance de ne pas confondre vitesse et précipitation.

Enjeu de fiabilité et de sécurité ?

Aussi dommageable que cela puisse paraître lorsque cela nous arrive, un défaut ou une coupure de réseau n’est pas aujourd’hui dramatique. Qu’en sera-t-il demain avec les nouveaux usages permis par la 5G ? Véhicule autonome ou conduit à distance, usine entièrement connectée, opération faite par robot par un praticien à plusieurs centaines de kilomètres de son patient…La moindre défaillance aurait des conséquences catastrophiques.Cette question est bien évidemment au cœur des réflexions et des expérimentations.

La répartition d’antenne 5G (permettant une couverture large) et de Mini Antennes, des petites antennes relais, présentes dans le mobilier urbain, sera peut-être une des réponses en créant ainsi des macro-réseaux. L’Agence Nationale des Fréquences a démontré dès 2017 lors d’une expérimentation, que ces derniers permettent par ailleurs d’augmenter les débits montants (i-e du téléphone vers les antennes) jusqu’à cinq fois tout en réduisant de deux à cinq fois la puissance d’émission des téléphones. Ainsi, on diminue l’exposition des usagers aux ondes tout en améliorant l’autonomie du terminal.

Valentin Goethals
Valentin
Goethals
administrator

Valentin Goethals, est le journaliste pivot de Paroles d'Elus. Correspondant des élus, associations et partenaires, il remonte les expériences terrain et les innovations venues des territoires. Valentin est également conseiller municipal à Saint-Lô en Normandie.

Voir tous ses articles